CARDIN (P.)


CARDIN (P.)
CARDIN (P.)

CARDIN PIERRE (1922- )

Le couturier français Pierre Cardin est né à Sant’Andrea di Barbarana, dans la province de Trévise. Il entre à quatorze ans chez un tailleur de Saint-Étienne et y reçoit sa première formation. Pendant la guerre, il s’adjoint à l’équipe de la maison de couture Regoly, à Vichy. Venu à Paris après la Libération, il entre chez Paquin, important salon de couture animé alors par Antonio del Castillo. Sous la direction de ce dernier, il exécute, d’après les maquettes de Christian Bérard, des costumes et des masques pour le film de Cocteau La Belle et la Bête (1945).

Après un court séjour chez Schiaparelli, Pierre Cardin entre dans le petit groupe qui se constitue, en 1946, autour du couturier Christian Dior qui vient de créer sa maison de couture: Cardin a la responsabilité de l’atelier des tailleurs et des manteaux, traditionnellement confié à un homme. Il participe donc aux succès du new-look. Ayant quitté Dior, il fonde sa propre maison, en 1950; fidèle à sa formation, Cardin conçoit une première collection composée uniquement de vêtements structurés, manteaux et tailleurs, puis crée plusieurs déguisements pour la fête costumée de Carlos de Beistegui à Venise en 1951.

Les modèles créés par Cardin pendant les années suivantes illustrent l’exhaussement de la taille (dès 1954), les petites vestes-boléros, les robes-tuniques, jupes-boules et jupes à effet «rattrapé» (1957), les vestes à dos gonflant ou noué (1958) et les jupes-pétales (1960); à la fin de la décennie, ses tailleurs effacent la taille, dégagent le cou et se dotent de manches trois quarts.

Dès 1958, il introduit la création de vêtements d’hommes dans l’éventail de ses activités. C’est à partir des années soixante que Cardin rencontre la très grande célébrité, grâce à une série de concepts révolutionnaires: les modèles «futuristes» qu’il présente à partir de 1962 conquièrent la presse et le public. Le mannequin vedette de Cardin, la Japonaise Hiroko, est alors la meilleure interprète de son style géométrique désinvolte, moderniste: sur des minirobes-sacs, sans col et sans manche, trois losanges de couleurs contrastées, des cercles concentriques jaune, orange et noir constituent le seul décor. Pierre Cardin harmonise le style «efficace» de ses vêtements pour hommes et pour femmes, préfigurant presque le style «unisexe» avec des ensembles pantalons accompagnés de casques (1966). Il joue également des reliefs géométriques et des contrastes de l’op art. Passant d’une version extrême du «mini» au «maxi» (1970), et intégrant dans ses collections des modèles aux panneaux mouvants et de grands bijoux de métal qui sont aussi des sculptures géométriques, Pierre Cardin demeure au premier plan de la problématique de la mode.

Préoccupé par la diffusion de ses concepts, il lance une ligne de prêt-à-porter de luxe et envisage très tôt des implantations à l’étranger, du Japon à la Chine et à l’U.R.S.S.; en 1993, il présente pour la première fois ses collections au Vietnam. Homme d’affaires autant que créateur de mode, il mène également une active politique de contrats de licence pour des accessoires de mode, mais aussi du linge de maison, de la vaisselle, des meubles, ou encore une voiture, un avion... Cette activité originale est parfois contestée par des couturiers plus traditionalistes. Devenu en 1970 propriétaire de l’ancien théâtre des Ambassadeurs, il le transforme en Espace Cardin qui regroupe une salle de spectacle, une galerie d’exposition, une salle de cinéma et un restaurant. Créateur de la Boutique Design (1975), il rachète également le restaurant Maxim’s (1981) et lance sous la griffe «Maxim’s» une gamme de produits de luxe, des fleurs aux chocolats et vins fins...

Les créations de Pierre Cardin depuis le début des années 1980 demeurent fidèles à son style résolument moderne et structuré; elles introduisent les épaules perpendiculaires ou en angle aigu (1979), les jupes dotées de cerceaux comme des abat-jour (1980), les manteaux «computers», à volets dorsaux, les manches aux formes abstraites (1981) et bien d’autres innovations structurelles.

Pierre Cardin est également le créateur de parfums («Cardin», 1976; «Choc», 1981; «Maxim’s», 1985; «Rose Cardin», 1990; et, pour les hommes, «Maxim’s Homme», 1988; «Énigme», 1992) et l’auteur de costumes de cinéma; il a en particulier composé plusieurs garde-robes, très caractéristiques de son style, pour Jeanne Moreau.

Pierre Cardin a été élu à l’Académie des beaux-arts en 1992.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.